agir

1€ = 1 arbre planté !



1 / Objectif principal du programme

Ce programme, toujours mené en lien avec des associations locales, vise à appuyer le développement des communautés locales et leur adaptation au réchauffement climatique. Les actions permettent la protection, la restauration et la valorisation économique et sociale de leur cadre de vie par des projets de reforestation et d’efficacité énergétique.

2 / Champs d’intervention

Au travers de ses 5 objectifs “C.A.D.R.E”, le programme
“Environnement et Développement” intervient sur les problématiques suivantes :

Climat : en agissant sur l’atténuation (réduction et séquestration) des émissions de CO2 et sur l’adaptation des populations au dérèglement climatique.

Arbre : en restaurant et en protégeant des espaces naturels (préservation des forêts existantes, boisement et reboisement, lutte contre la désertification, impact sur la protection des sols et des eaux).

Développement des capacités : par un appui technique aux populations et par le renforcement de leurs capacités.

Recherche : par un soutien aux programmes visant à développer des réponses innovantes aux problématiques de terrain et une aide aux systèmes de veille et d’alerte permettant de prévenir les risques.

Energie : pour faciliter un accès à l’énergie en zone rurale et une plus grande efficacité énergétique des équipements.

3 / Pourquoi l’arbre ?

Les arbres ont une double fonction : écologique et économique.

A - Le rôle écologique :

Production d’oxygène (par la photosynthèse) et contribution à la lutte contre le réchauffement climatique par la séquestration de carbone

Habitat de nombreuses espèces animales et végétales (50 à 75% du nombre total d'espèces vivant sur terre sont originaires des forêts tropicales humides)

Protection des sols (réduction du ruissellement et de l’érosion) et régulation des eaux douces (meilleure infiltration de l'eau dans le sol qui alimente les nappes)

B - Le rôle économique :

• Le bois énergie : pour la majorité des habitants des régions tropicales, le bois et le charbon de bois restent le plus souvent les uniques sources d'énergie économiquement accessibles et culturellement acceptées

• Le bois d'oeuvre : environ 20% du bois sert aux bois d'oeuvre et d'industrie

• Les produits non-ligneux : source d'une large gamme de produits, comprenant des fruits, des gommes, des résines, des écorces, des essences, des fibres, des substances médicinales, des colorants, du gibier... prodiguant aux populations apports alimentaires et revenus complémentaires

 

 

Venez faire vos dons :

CLIQUEZ ICI

Sauvez l'esturgeon

L'esturgeon européen est protégé par la loi depuis 1982. C'est l'espèce de poisson européen la plus menacée : il ne resterait plus que quelques centaines d'individus. Sa dernière reproduction date de 1994 dans le bassin versant Gironde-Garonne-Dordogne. Les causes de sa disparition sont la surpêche, les barrages et la pollution. Deux centres de recherche travaillent actuellement sur cette espèce : le Cemagref (de Cestas) et l'IGB (Institut de recherche sur l'eau douce de Berlin). Un plan de sauvegarde animé par le WWF (World Wide Fund) est actuellement en cours de création à échelle européenne et un plan de restauration a été initié en 2007 en France.

 

Le plan européen prévoit 4 axes de travail :

  • La conservation de l’esturgeon dans son milieu naturel : ce volet vise d’une part le contrôle de l’échappement accidentel dans le milieu d’autres espèces d’esturgeons (élevées en bassins pour le caviar) pour éviter des risques de compétition, voire d’hybridation, avec l’espèce autochtone sauvage. Une mesure mal engagée en France lorsque l’on sait que l’Etat a récemment introduit dans sa législation la possibilité d’importer sur son territoire toutes les espèces d’esturgeons. Mais l’action principale pour conserver l’esturgeon dans son milieu naturel est de réduire les risques de captures accidentelles par les marins pêcheurs. Une vaste campagne d’information est conduite depuis 2006 par le Comité National des Pêches Maritimes et des Elevages Marins auprès des pêcheries de tout le littoral atlantique nord-est, de l’Espagne jusqu’aux pays scandinaves, pour demander aux pêcheurs de remettre à l’eau tout esturgeon capturé accidentellement (vivant dans la plupart des cas) et de faire remonter des informations sur le poisson et le lieu de capture afin de faire progresser les connaissances sur l’espèce.
  • La protection et la restauration des habitats essentiels de l’esturgeon : ce volet nécessite notamment de restaurer des zones de frayères, d’arrêter les extractions de sables et graviers dans les zones d’alimentation estuariennes des jeunes esturgeons, d’améliorer la qualité de l’eau, de rétablir la libre circulation de l’esturgeon le long des fleuves… Autant de mesures qui bénéficieront à de nombreuses autres espèces, à condition de bien identifier et cartographier tous ces habitats essentiels et que les pouvoirs publics des pays européens osent prendre à bras le corps les questions sensibles et complexes posées par les barrages, les pollutions industrielles, les pompages agricoles pour l’irrigation, etc.
  • La conservation de l’esturgeon en captivité et sa réintroduction dans la nature est une question complexe. On ne pourra pas sauver cette espèce sans des lâchers massifs de jeunes poissons dans les milieux naturels qui leur sont favorables. Il est donc nécessaire d’améliorer encore certaines connaissances sur la biologie de l’esturgeon, d’élever et de faire se reproduire cette espèce en captivité, en s’appuyant sur les compétences des scientifiques qui ont travaillé sur le sujet et développent des techniques de reproduction assistée (en France au Cemagref de Bordeaux, en Allemagne à l’Institut d’Ecologie des Eaux douces de Berlin; l’IGB).
  • La coopération internationale : on ne pourra pas sauver l’esturgeon européen sans reconstituer des populations viables dans plusieurs bassins fluviaux de plusieurs pays, ni sans coordonner les efforts des marins pêcheurs de toute la façade atlantique, ni sans renforcer et développer les collaborations entre les scientifiques et décideurs des différents pays concernés. Le plan d’action européen offre un cadre de travail mais à ce jour, il manque cruellement de chef d’orchestre pour impulser et coordonner enfin une dynamique à l’échelle de l’aire de répartition historique de l’esturgeon.

 

Pour agir capture_btn capture_btn

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site