Chine

Les 5 animaux les plus menacés !

Dans le règne animal environ 30% sont sur la liste rouge mais les plus en danger sont :

 

1-Le Grand requin :

Depuis 15 ans, la population des grands requins blancs a diminué de presque 80%. Chaque année, toute espèce confondue (plus de 380 espèces en tout), plus de 100 millions de requins sont tués, mais ce chiffre est certainement sous-estimé.
La chair du requin est appréciée et utilisée pour les engrais et les fertilisants ; les ailerons, la peau, les dents, les cartilages sont également vendus car ils sont utilisés dans la fabrication de médicaments. La pollution perturbe les cycles de reproduction. Sa capture est devenue un véritable exploit depuis 1975, date de sortie du premier volet des "Dents de la mer", de Steven Spielberg.

2-Le tigre du bengale

Entre 3000 et 4500 individus subsistent. Le tigre blanc, qui appartient à la même sous-espèce, aurait disparu à l'état sauvage. Le tigre de Java a disparu dans les années 1980.
Leur fourrure a une très grande valeur marchande en Asie et certains organes sont réputés pour leurs vertus curatives miraculeuses, comme les os et les dents, le sang et les yeux. Le déboisement massif est l'autre cause de leur progressive disparition, ainsi que la disparition de leurs proies.

3-Le napoléon


Il resterait 300 000 poissons dans les eaux indonésiennes aujourd'hui, ce qui représente environ 3 à 4 poissons au km2.
Denrée rare et coûteuse, ce poisson exotique est très recherché dans les restaurants asiatiques et on estime que sa population a diminué de près de 90%. Ce poisson peut vivre une trentaine d'années. Sa lenteur de développement en fait une espèce naturellement rare. Il possède une dentition impressionnante, et ses mâchoires peuvent se vendre jusqu'à 40 000 euros et sa chair jusqu'à 150 dollarsle kilo.

4-L'éléphant


Il en reste environ 45 000. Plus de la moitié a été exterminée en un siècle.
La déforestation et la fragmentation de l'habitat, le braconnage, la capture pour les zoos sont responsables de cette diminution. En Thaïlande, par exemple, les forêts naturelles n'occupent plus que 15 % du pays contre 90 % au début du XXème siècle. En Asie, les éléphants sont également utilisés somme bêtes de somme, et donc domestiqués dès leur plus jeune âge. Même s'ils sont parfois relâchés, ils sont dans ces conditions incapables de se défendre. Le trafic d'ivoire perdure, et le Japon est d'ailleurs montré du doigt car il en est grand consommateur.


5-Le cacatoès


La population dans la nature ne dépasserait pas 1000 individus.
Tout comme les perruches et les perroquets, ils sont recherchés pour tenir compagnie ! Leur domestication entraîne une diminution des effectifs vivant à l'état sauvage. La déforestation de leur habitat naturel, ajouté au commerce excessif, rend la situation particulièrement critique.

 

Sans oublier ensuite le gorille,le panda géant, la tortue, Dauphin de l'Irrawaddy et le gecko à queue feuille

Huile de palme !

L'huile de palme est une huile végétale extraite par pression à chaud de la pulpe des fruits du palmier à huile. 100 kg de fruits donnent environ 22 kg d'huile.

Du fait de son très faible coût de production, on la retrouve aujourd'hui dans un très grand nombre de produits alimentaires. L'huile de palme rouge (non raffinée ni traitée) est considérée comme l'aliment naturel le plus riche en vitamine A: elle en contient environ 15 fois plus que la carotte. C'est également la deuxième huile la plus riche en vitamine E (tocophérols), après l'huile de germe de blé. Son mélange avec les huiles de noix et de soja (3/1/1) donne une huile bien équilibrée en acides gras saturés, mono-insaturés et poly-insaturés. Ces taux de vitamines diminuent très fortement après raffinage, chauffage et cuisson. Un lien statistique existe  entre le taux d'acides gras saturés dans l'alimentation, l'hypercholestérolémie et la surmortalité des Occidentaux par maladie cardio-vasculaire si les proportions idéales entre ces 3 types d'acides gras ne sont pas respectées dans l'alimentation.

 

On trouve de l’huile de palme (92% - fruits des palmiers) et de l’huile de palmiste (8% - graines) partout : principalement
en alimentation humaine, en particulier dans les produits industriels transformés (chips, frites, biscuits, pâtes à tartiner,
margarine…), mais dans bien d’autres produits de la vie quotidienne (savons, maquillage, bougies…), en alimentation
animale, et dans les agro carburants.
Ce sont les pays développés qui créent la demande pour cette matière première. Elle représente 1/3 de l’ensemble des
huiles produites mondialement. Cette production record est portée par la demande des pays européens qui augmente de
13% chaque année depuis 2000 mais aussi de la Chine et de l’Inde respectivement 1er de 2ème pays importateur d’huile
de palme.

La conversion des forêts en palmiers à huile a montré une perte de 80 à 100% des espèces de mammifères, reptiles et
d’oiseaux dans ces zones. L’huile de palme ne peut être cultivée que dans des climats tropicaux humides, c’est à dire le
plus souvent au niveau de la forêt tropicale.
UNE CONSOMMATION RESPONSABLE D’HUILE DE PALME POUR BAISSER
NOTRE IMPACT SUR LES FORETS
La forêt tropicale humide indonésienne s’étend sur 1.3% de la surface terrestre et constitue une des forêts les plus diversifiée
du monde. On y trouve 11% des espèces de plantes connues, 10% des mammifères et 16% des oiseaux. Des
animaux emblématiques comme l’orang-outang, l’éléphant sont menacés de disparition à cause de la perte de leur habitat.
A Bornéo il est estimé que 3 000 orang-outangs disparaissent chaque année. Le rhinocéros de Sumatra fait parti des espèces
de mammifères les plus menacés de disparition au monde.

Avec juste plus de 3% des forêts du monde, l’Indonésie représente plus de 14% de la déforestation mondiale. Cela représente
près de la moitié des émissions totales de gaz à effet de serre (GES) dues à la déforestation et à la dégradation.
Près de deux fois plus que le Brésil et plus de 3 fois plus que la Malaisie.
Une grande partie de ces émissions de GES est due aux feux de forêts ou de tourbières. Les tourbières qui peuvent faire
jusqu’à 30 mètres de profondeur, sont d’abord drainées avec des canaux, afin de les assécher. Enfin quand elles sont
suffisamment sèches, elles sont brûlées à la saison sèche. Elles contiennent seulement de la matière organique. Une fois
brûlé, le carbone qu’elles émettent se transforme en GES. 500 millions de tonnes de CO² ont été émis en provenance des
tourbières en Indonésie en 2008.

 

Signez la pétition et savoir comment agir

Plus de chiens dans les restaurants en Chine !

Les députés chinois s'apprêteraient à voter une loi contre le mauvais traitement des animaux. Un texte qui - s'il était voté - pourrait bannir définitivement les tortures liées à l'industrie de la fourrure et les plats à base de viande de chat et de chien.

Des amendes jusqu'à 50 000 euros

Des modifications concernant la loi Criminelle chinoise accompagneraient ce projet de loi prévu pour avril 2010, afin de traduire les actes de cruauté envers les animaux en infractions pénales ! Bilan, la consommation de viande de chien ou de chat pourrait valoir au consommateur comme au revendeur une amende de 500 euros - l'équivalent d'un mois de salaire pour un travailleur urbain - assortie d'une peine de prison ferme de 15 jours. Par ailleurs, abattoirs et boucheries susceptibles de proposer ces produits se verraient infliger des amendes allant de 1000 à 50 000 euros.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site