recherche

Les 5 animaux les plus menacés !

Dans le règne animal environ 30% sont sur la liste rouge mais les plus en danger sont :

 

1-Le Grand requin :

Depuis 15 ans, la population des grands requins blancs a diminué de presque 80%. Chaque année, toute espèce confondue (plus de 380 espèces en tout), plus de 100 millions de requins sont tués, mais ce chiffre est certainement sous-estimé.
La chair du requin est appréciée et utilisée pour les engrais et les fertilisants ; les ailerons, la peau, les dents, les cartilages sont également vendus car ils sont utilisés dans la fabrication de médicaments. La pollution perturbe les cycles de reproduction. Sa capture est devenue un véritable exploit depuis 1975, date de sortie du premier volet des "Dents de la mer", de Steven Spielberg.

2-Le tigre du bengale

Entre 3000 et 4500 individus subsistent. Le tigre blanc, qui appartient à la même sous-espèce, aurait disparu à l'état sauvage. Le tigre de Java a disparu dans les années 1980.
Leur fourrure a une très grande valeur marchande en Asie et certains organes sont réputés pour leurs vertus curatives miraculeuses, comme les os et les dents, le sang et les yeux. Le déboisement massif est l'autre cause de leur progressive disparition, ainsi que la disparition de leurs proies.

3-Le napoléon


Il resterait 300 000 poissons dans les eaux indonésiennes aujourd'hui, ce qui représente environ 3 à 4 poissons au km2.
Denrée rare et coûteuse, ce poisson exotique est très recherché dans les restaurants asiatiques et on estime que sa population a diminué de près de 90%. Ce poisson peut vivre une trentaine d'années. Sa lenteur de développement en fait une espèce naturellement rare. Il possède une dentition impressionnante, et ses mâchoires peuvent se vendre jusqu'à 40 000 euros et sa chair jusqu'à 150 dollarsle kilo.

4-L'éléphant


Il en reste environ 45 000. Plus de la moitié a été exterminée en un siècle.
La déforestation et la fragmentation de l'habitat, le braconnage, la capture pour les zoos sont responsables de cette diminution. En Thaïlande, par exemple, les forêts naturelles n'occupent plus que 15 % du pays contre 90 % au début du XXème siècle. En Asie, les éléphants sont également utilisés somme bêtes de somme, et donc domestiqués dès leur plus jeune âge. Même s'ils sont parfois relâchés, ils sont dans ces conditions incapables de se défendre. Le trafic d'ivoire perdure, et le Japon est d'ailleurs montré du doigt car il en est grand consommateur.


5-Le cacatoès


La population dans la nature ne dépasserait pas 1000 individus.
Tout comme les perruches et les perroquets, ils sont recherchés pour tenir compagnie ! Leur domestication entraîne une diminution des effectifs vivant à l'état sauvage. La déforestation de leur habitat naturel, ajouté au commerce excessif, rend la situation particulièrement critique.

 

Sans oublier ensuite le gorille,le panda géant, la tortue, Dauphin de l'Irrawaddy et le gecko à queue feuille

STOP A L'EXPERIMENTATION ANIMALE !!

 

Des milliers d'animaux souffrent encore aujourd'hui pour "la beauté de l'homme". Continuons d'agir ensemble pour faire cesser les atrocités de l'expérimentation animale pour la fabrication des cosmétiques.

Dénoncer toutes les injustices dont sont victimes les animaux. Informer et sensibiliser le grand public à travers des campagnes de presse et d'affichage. Faire pression sur les pouvoirs publics pour faire évoluer les lois.

On utilise souvent des souris, des rats et des lapins pour l'étude du système immunitaire et des maladies infectieuses. Des agents infectieux susceptibles de provoquer des inflammations graves sont inoculés aux animaux. Ces derniers sont ensuite traités avec des substances tests; des animaux non traités devant souvent endurer les pires douleurs entrent aussi dans l'expérimentation.

On recourt aux chats par exemple dans le cadre d?études neurologiques axées sur l?analyse de l?activité neuronale. Il arrive qu'on leur ôte un oeil en cours d'expérience, qu'on sectionne leur moelle épinière ou implante des électrodes dans leur cerveau.

Les chiens sont par exemple utilisés pour tester la toxicité de nouvelles substances chimiques dans le cadre d'essais toxicologiques. Dans la recherche en cardiologie, on limite dans une large mesure l'irrigation sanguine de leur muscle cardiaque en ligaturant une artère. En les opérant, on leur endommage l'articulation de la hanche dans la recherche sur l'arthrose.

Des singes sont utilisés dans la recherche sur le SIDA pour tester des vaccins et des méthodes novatrices de diagnostic ou dans la médecine de transplantation. La recherche sur le cerveau les utilise pour observer des cellules bien précises du cerveau et les immobilise dans des sièges ad hoc en leur liant bras et pattes. Des électrodes sont ensuite implantées dans leur cerveau par un trou perforant leur calotte crânienne. Les animaux doivent ensuite accomplir des tâches qu'on leur a enseignées au préalable. Après les opérations, les animaux peuvent souffrir horriblement des blessures infligées. Les infections sont monnaie courante. Il peut même arriver qu'on prive les animaux de nourriture pour les rendre dociles. Ce n?est que lorsqu'ils adoptent le comportement voulu qu'ils reçoivent de petites quantités de nourriture comme récompense. Ces animaux intelligents et capables d?apprendre sont soumis à un stress énorme et à de fortes contraintes avant, pendant et après les expériences (souvent pendant des mois).

PETITION


Source: 30millionsd'amis.fr,protection-des-animaux.org,protection suisse des animaux.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site